Comment survivre à la pression d' être éthiquement parfaite



De plus en plus, les gens tendent vers une consommation plus consciencieuse. Pas seulement parce que ces choix ont un impact sur la planète (ce qui est évidemment et extrêmement important), mais parce qu'ils ont aussi un impact sur notre santé, notre bien-être et notre mode de vie. Certains changeront drastiquement et d’autres pas à pas.
 

Ce n’est pas chose simple que de changer notre comportement d’achat, quand la société dans laquelle nous vivons nous incite à faire rouler l’économie.  En plus, si vous essayez de faire un achat écologique parfait ou que vous essayez de tout changer en même temps, vous vous mettez énormément de pression. C'est d'ailleurs une des raisons pourquoi parmi tous les mouvements visant un mode de vie consciencieux, c'est le slow living qui me parle le plus. Parcequ'il prend en considération les rythmes de chacun, il me permet d'être indulgente envers moi-même.
 

Être éthiquement parfait, c'est presque impossible à réaliser (à moins de vivre nu dans une forêt).  Évidemment, on a tous des standards différents, mais au final toutes les actions comptent. Personnellement, j'abandonnerais rapidement le projet et me sentirais submergé si je devais changer radicalement, je préfère une approche qui consiste à essayer de faire de petits changements faciles à gérer et lorsque ceux-ci sont bien ancrer et que le temps est venu, en incorporer d’autres.


Vraiment, que l’on décide de manger moins de viande, de prendre plus souvent les transports collectifs, d’acheter en vrac, de toujours traîner sa bouteille réutilisable, bannir le plastique... tous ces gestes en entraînent un autre. 
 

Une fois qu’on l’adopte, on y prend goût et on veut faire plus. Suffit de faire le saut! Plus on est conscient de notre impact, plus la suite devient naturelle.
 

Il faut commencer slow pour que ça marche ;)

Audrey rondeau
Left continuer à magasiner
votre commande

votre panier est vide