L'organisation, l'alliée numéro un des submergés

GUIDE #SLOWLIFE

L'ART DE FAIRE BAISSER LA PRESSION POUR LES NULS

L'ART DE FAIRE
BAISSER LA PRESSION
POUR LES NULS

l'organisation; l'allié numéro un des submergés
Par:
VALÉRIE PASCALE  Date: 24 novembre, 2019

L'organisation; l'allié numéro un des submergés.
Par:
VALÉRIE PASCALE  Date: 24 novembre, 2019


Allô! Je suis heureuse que tu m’accordes un moment de ta journée. Une petite pause ne peut que te revigorer! Vous avez été si nombreuses à faire le test et vous être reconnues dans mon dernier courriel « AVANT QUE LE STRESS ne te rende malade »

« En parlant de stress, au début de la vingtaine, comme la majorité des jeunes, j’avais besoin de partir à l’aventure et de découvrir le monde pour me découvrir moi-même, en quelque sorte. Ma soeur cadette et moi avons décidé de partir pour l’Espagne. J’avais déjà voyagé, mais jamais dans une situation où j’étais maître du voyage. »


Quelques jours avant notre départ, j’ai commencé à paniquer. Qu’est-ce qui m’avait pris? Deux filles, seules, vulnérables… Et si on se perdait, y a-t-il des téléphones publics dans ce pays? Et si on se faisait enlever, attaquer.., les pensées ont commencées à se déchaîner dans ma tête.

Au beau milieu de la nuit, je me suis donc levée sur la pointe des pieds pour aller faire une recherche sur Google. La lumière tamisée, en robe de chambre, je fixais l’écran comme s’il allait me sauver. J’ai d’abord tapé voyage Espagne, puis, voyage Espagne problème.

D’un coup, j’ai fermé ces fenêtres et j’ai plutôt décidé d’aller sur Google Map. J’ai visité le pays en m’y promenant de l’aéroport à la gare, en passant par les arrêts d’autobus et les musées où l’on devait aller. Je remarquais le nom des boulevards et des vastes parcs et accordais donc mon attention aux détails que je pourrais repérer.

Et du coup, je me suis sentie mieux. Apaisée. Mais comment ça se pouvait? Je souriais et j’avais hâte alors que ça faisait 2 nuits que je ne dormais pas et, 30 minutes plus tôt, j’avais failli appeler ma soeur au beau milieu de la nuit, en panique, pour lui dire que je ne serais pas capable d’y aller.

Ce que j’ai compris bien plus tard, en lisant ce fameux livre sur le stress de Sonia Lupien dont je t’ai parlé dans le dernier article, c’est que l’impression d’avoir le contrôle sur une situation est le facteur le plus important, pas tant le contrôle lui-même. Et cette anecdote m’est revenue en tête.

C’est le manque de contrôle sur une situation qui crée l’état de panique. Comme les études montrent que comme notre cerveau ne fait pas vraiment la nuance entre les deux, c'est en augmentant l’impression d’avoir le contrôle que la perception de menace diminue et donc, les symptômes de stress.

« Et quand j’ai compris ça, j’ai décidé de trouver des manières de rassurer mon cerveau. Si le simple fait de savoir où il s’en va le fait se sentir zen, et bien, je vais le lui dire. C’est ainsi que j’ai commencé à reprendre le contrôle sur ma vie qui était un chaos. »

Mais, je ne vais pas te mentir: c’est un peu à contrecœur que j’ai décidé de m’organiser, car je suis plutôt du genre spontanée et créative. J’avais l’impression qu’en gérant et en sachant à l’avance ce qui allait se passer, j’allais éteindre quelque chose en moi.

Plus tard, j’ai compris que c’était une fausse croyance et qu’un esprit clair et concentré est beaucoup plus créatif. Mais, sur le coup, je me suis accrochée à la sensation de grande paix que j’avais ressentie cette nuit-là. Et c’est ce que je voulais retrouver à tout prix dans l’état où j’étais.


MON VIRAGE
J’ai donc commencé à organiser et à détailler mes journées, mon quotidien, et tout ce qui me créait une pression ou me stressait, afin de dire à mon cerveau que j’avais un plan et qu’aucune menace ne pourrait me nuire.

Pour rendre l’agréable à l’utile, j’ai décidé de me doter de beaux outils pour faire de ce moment un rituel, et en profiter pour transformer ce qui me semblait préalablement une corvée en moment pour moi. Évidemment, je pourrais tout faire ça dans mon cellulaire ou sur une feuille de papier, mais la poésie qui s’en dégage devient un autre baume de douceur et m’aide à avoir une certaine régularité et à aimer faire ces exercices.

DE SIMPLES RITUELS AUX POUVOIRS ÉPOUSTOUFLANTS

MATIN (5-10 MINUTES) :
Avant de commencer quoi que ce soit chaque matin, je prends un moment confortable, café au lait chaud, crayon favori et bloc-note en main pour penser à mes objectifs de la semaine ou du mois. En me demandant ce que j’ai à accomplir à long terme, je peux donc diviser parmi les journées. Je me donne donc un maximum de 3 tâches maximum à faire par jour (les experts en organisation s’entendent pour dire que le plus réaliste serait 3 à 5 priorités par jour). Je m’en tiens à ça.

Avant, je pouvais me mettre à songer en boucle au deadline ou à comment j’arriverais à faire TOUT ce que j’avais à faire, en plein milieu d’un film au cinéma ou pendant une soirée au restaurant, ou même au parc avec mes enfants, et ne plus vraiment être présente.
Parce que pour survivre, le cerveau traite en priorité les menaces. Mais juste avec ça, comme ma stratégie est préétablie, ça ne m’arrive plus. Comme un éclairci après une averse, je peux être complètement dans le moment présent et en profiter.

Et en plus, ça me permet de ne pas commencer quelque chose qui n’est pas nécessaire et de devenir anxieuse parce que je manque de temps. Tout coule parfaitement. Certains le font aussi la veille au soir parce que cela aide à visualiser la journée du lendemain, libère la mémoire (déjà bien remplie) et permet de mieux dormir.

AU COURANT DE LA JOURNÉE ET (PARFOIS) LA NUIT
(1-3 MINUTES) :

J’ai aussi un petit cahier de notes ou j’inscris tout tout tout ce qui me passe par la tête. Ce n’est pas une to-do list, mais plutôt une sorte de tiroir qui vide mon cerveau. Une dé-charge mentale.

Au lieu de laisser toutes mes idées en plan tourner dans ma tête, je les range là. Et je peux les consulter quand je veux. Ça m’évite d’oublier de payer mes taxes ou de conserver les bonnes idées qui surgissent à l’improviste. Juste le fait d’arrêter de penser à ne pas oublier et de savoir que tout est là crée de l’espace dans ma tête! Du vrai prozac ;)

SOIR (15 À 30 MINUTES) :
La majorité des soirs, je prends un temps pour me poser. C’est à ce moment-là que tout ce qui n’a pas jailli durant la journée refait surface. On parle ici de stress plus grands, comme celui où quelqu’un convoite le même poste nouvellement affiché que toi, ou encore quand ton enfant a un mauvais comportement à l’école, ou bien quand ton revenu est instable parce que tu es travailleur autonome...
 
Je prends donc mon cahier et:
1. J’y inscris les éléments qui me trottent dans la tête et qui, je sais que si je ne les écoute pas, me réveilleront à 3h00 du matin.

2. À partir de là je les déconstruis, un à un, en analysant et en définissant la source du stress selon les caractéristiques du C.I.N.É.: contrôle, imprévisibilité, nouveauté, ego menacé (rappelle-toi ton test).

3. Une fois trouvés, j’élabore des plans de secours pour retrouver le contrôle sur la situation comme, par exemple: Que puis-je faire pour que ce soit moins menaçant ?

A) m’informer ?
B) en parler ?
C) éviter ?
D) créer des alliances?
E) prévoir ?
F) …
 
La majorité des plans élaborés ne seront probablement jamais mis en pratique mais le simple fait de les avoir sous la main est comme avoir un couteau suisse quand tu te balades en forêt. Tu ne l’utiliseras probablement jamais, mais ça rassure et tu peux mieux en profiter. En d’autres termes, ton cerveau se sent moins menacé et tu produiras moins d’hormones de stress.
 
Avec le temps et la pratique, cela deviendra un automatisme. Un fabuleux outil à portée de main pour dealer avec n’importe quelle situation.

 

Vous avez été si nombreuses à faire le test et vous être reconnues dans mon dernier post:
 «L'EXERCICE ULTIME À FAIRE POUR GÉRER SON STRESS » que ça m'a donné envie de partager un truc qui m'a longtemps échappé.

« À une autre époque, je créais les décors des différentes pièces d’un magasin de meuble renommé. J’y choisissais la literie, la couleur des murs, les accessoires et les meubles. Des cadres, j’en ai accrochés des centaines et des centaines dans ma vie. Et depuis quelques temps, je vois sur plusieurs de mes comptes instagram favoris de magnifiques gallery wall. »

Ça me donne aussi envie d’en refaire! Mais comme je n’ai pas de grands murs à la maison et que je ne travaille plus en boutique, j’ai pensé comblé cette pulsion créative que le printemps fait renaître… en vous donnant mes meilleurs trucs et mes inspirations!

Faire un gallery wall digne d’un magazine est un art complexe et certaines ne s’y risqueront pas par manque d’assurance, mais avec ces petits trucs aucune raison d’avoir peur.



Au début de la vingtaine, comme la majorité des jeunes, j’avais besoin de partir à l’aventure et de découvrir le monde pour me découvrir moi-même, en quelque sorte. Ma soeur cadette et moi avons décidé de partir pour l’Espagne. J’avais déjà voyagé, mais jamais dans une situation où j’étais maître du voyage.

Quelques jours avant notre départ, j’ai commencé à paniquer. Qu’est-ce qui m’avait pris? Deux filles, seules, vulnérables… Et si on se perdait, y a-t-il des téléphones publics dans ce pays? Et si on se faisait enlever, attaquer.., les pensées ont commencé à se déchaîner dans ma tête.

Au beau milieu de la nuit, je me suis donc levée sur la pointe des pieds pour aller faire une recherche sur Google. La lumière tamisée, en robe de chambre, je fixais l’écran comme s’il allait me sauver. J’ai d’abord tapé voyage Espagne, puis, voyage Espagne problème.

D’un coup, j’ai fermé ces fenêtres et j’ai plutôt décidé d’aller sur Google Map. J’ai visité le pays en m’y promenant de l’aéroport à la gare, en passant par les arrêts d’autobus et les musées où l’on devait aller. Je remarquais le nom des boulevards et des vastes parcs et accordais donc mon attention aux détails que je pourrais repérer.

CHOISIR LES OBJETS À ACCROCHER
Comme c’est éclectique, on peut mettre tout ce qui nous parle ou qui touche notre coeur : peinture, illustration, photos, portrait, cadre vintage de différentes tailles. Ce que j’aime est d’y mêler un objet distinctif : ça peut être un miroir, une horloge ou un beau bougeoir mural. Cet ajout aide à casser le rythme rigide des formes rectangulaires.


TRUC POUR UN RÉSULTAT HARMONIEUX
On peut mettre ce qu’on veut, mais il y a des règles à respecter pour créer une harmonie visuelle. Le truc, c’est de créer des liens en choisissant des couleurs, matières ou textures similaire. Par exemple, ici, ça semble hétéroclite, mais le doré se retrouve dans deux des encadrements, puis le noir de certaines peinture se retrouve aussi dans les encadrement de d’autres et l'argenté du miroir dans l'encadrement de gauche. Rien n'est laissé au hasard!!!

Et du coup, je me suis sentie mieux. Apaisée. Mais comment ça se pouvait? Je souriais et j’avais hâte alors que ça faisait 2 nuits que je ne dormais pas et, 30 minutes plus tôt, j’avais failli appeler ma soeur au beau milieu de la nuit, en panique, pour lui dire que je ne serais pas capable d’y aller.

Ce que j’ai compris bien plus tard, en lisant ce fameux livre sur le stress de Sonia Lupien dont je t’ai parlé dans le dernier article, c’est que l’impression d’avoir le contrôle sur une situation est le facteur le plus important, pas tant le contrôle lui-même. Et cette anecdote m’est revenue en tête.

C’est le manque de contrôle sur une situation qui crée l’état de panique. Comme les études montrent que notre cerveau ne fait pas vraiment la nuance entre les deux, c'est en augmentant l’impression d’avoir le contrôle que la perception de menace diminue et donc, les symptômes de stress.

COMMENT PROCÉDER
Commencer en découpant dans du papier kraft, du journal ou du carton la forme de vos cadres et objets. Ensuite, disposez-les par terre pour faire des tests en choisissant une pièce maîtresse (souvent la plus grande) et ainsi broder autour. Par exemple, ici la pièce maîtresse est l’encadrement avec des arbres. Dans la séquence visuelle, notre regard se porte d’abord sur elle. L’oeil poursuivra sa lecture de l’ensemble par la suite. On accorde donc à cette pièce un emplacement central.

QUESTIONS FRÉQUENTES

« Et quand j’ai compris ça, j’ai décidé de trouver des manières de rassurer mon cerveau. Si le simple fait de savoir où il s’en va le fait se sentir zen, et bien, je vais le lui dire. C’est ainsi que j’ai commencé à reprendre le contrôle sur ma vie qui était un chaos. »

Mais, je ne vais pas te mentir: c’est un peu à contrecœur que j’ai décidé de m’organiser, car je suis plutôt du genre spontanée et créative. J’avais l’impression qu’en gérant et en sachant à l’avance ce qui allait se passer, j’allais éteindre quelque chose en moi.

Plus tard, j’ai compris que c’était une fausse croyance et qu’un esprit clair et concentré est beaucoup plus créatif. Mais, sur le coup, je me suis accrochée à la sensation de grande paix que j’avais ressentie cette nuit-là. Et c’est ce que je voulais retrouver à tout prix dans l’état où j’étais.


 

MON VIRAGE
J’ai donc commencé à organiser et à détailler mes journées, mon quotidien, et tout ce qui me créait une pression ou me stressait, afin de dire à mon cerveau que j’avais un plan et qu’aucune menace ne pourrait me nuire.

Pour rendre l’agréable à l’utile, j’ai décidé de me doter de beaux outils pour faire de ce moment un rituel, et en profiter pour transformer ce qui me semblait préalablement une corvée en moment pour moi. Évidemment, je pourrais tout faire ça dans mon cellulaire ou sur une feuille de papier, mais la poésie qui s’en dégage devient un autre baume de douceur et m’aide à avoir une certaine régularité et à aimer faire ces exercices.

À QUELLE HAUTEUR DOIS-JE POSITIONNER MES CADRES ?
Le milieu de ton cadre ou de ta composition doit arriver au niveau de tes yeux soit approximativement 5’.

AVEC QUOI ACCROCHER MES CADRES ?
J’ai accroché plus de 1000 cadres dans ma vie et un seul a tombé .. oups, oui, mais c’était parce que j’avais tellement accroché de cadres souvent au même endroit qu’il n’y avait plus rien de solide!
Mais ce que je veux dire, c’est qu’il n’est pas nécessaire de mettre des vis papillon ou des chevilles qui font des trous gros comme des piastres. Un simple crochet à cadre suffit ou un bon vieux clou planté à 45 degrés si le cadre est petit.

Et si ton chum capote parce que tu vas FAIRE DES TROUS DANS LE MUR, il y a toujours ça.

COMMENT TRAITER UN ENSEMBLE DE CADRES ?
Au final, cela doit former une entité comme si cela devenait un seul cadre. Généralement, l’espace entre chacune des pièce devrait être au maximum de 2 à 3’’.

Il se peut qu’il y ait des vides, je conseille d’en laisser seulement un au maximum 2 et le vide ne devrait pas dépasser 10’’.


DE SIMPLES RITUELS AUX POUVOIRS ÉPOUSTOUFLANTS

COMPOSITIONS

MATIN (5-10 MINUTES) :
Avant de commencer quoi que ce soit chaque matin, je prends un moment confortable, café au lait chaud, crayon favori et bloc-notes en main pour penser à mes objectifs de la semaine ou du mois. En me demandant ce que j’ai à accomplir à long terme, je peux donc diviser parmi les journées. Je me donne donc un maximum de 3 tâches maximum à faire par jour (les experts en organisation s’entendent pour dire que le plus réaliste serait 3 à 5 priorités par jour). Je m’en tiens à ça.

Avant, je pouvais me mettre à songer en boucle au deadline ou à comment j’arriverais à faire TOUT ce que j’avais à faire, en plein milieu d’un film au cinéma ou pendant une soirée au restaurant, ou même au parc avec mes enfants, et ne plus vraiment être présente.


Parce que pour survivre, le cerveau traite en priorité les menaces. Mais juste avec ça, comme ma stratégie est préétablie, ça ne m’arrive plus. Comme un éclaircie après une averse, je peux être complètement dans le moment présent et en profiter.

Et en plus, ça me permet de ne pas commencer quelque chose qui n’est pas nécessaire et de devenir anxieuse parce que je manque de temps. Tout coule parfaitement. Certains le font aussi la veille au soir parce que cela aide à visualiser la journée du lendemain, libère la mémoire (déjà bien remplie) et permet de mieux dormir.

OPTION 1 :
Pour la composition, certains aiment remplir les murs. Personnellement, ma philosophie est comme à l’habitude : less is more. C’est-à-dire que si tu remplis ton mur au complet, tu vas immanquablement manquer quelques cadres au passage dans ta lecture. L’oeil ne saura plus quoi regarder et sera porter à regarder ailleurs. Donc, même si tu aimes 25 cadres, vas-y par élimination pour ne garder que les meilleurs choix et surtout n’hésite pas à choisir des oeuvres plus grandes que plusieurs petites. Crois-moi le résultat parlera de lui-même!

« Donc, on part d'une pièce maîtresse et on fait une lecture en rond (ou rectangle) pour revenir à la pièce maîtresse. »

Voici des exemples de composition qui sont à mon avis des plus réussis.... ( Parce que, oui j'ai, aussi, étudié l'histoire de l'art et crois-moi, la composition est la clé des plus grand chef d'oeuvre 👩🏻‍🎨 Rien n'est laissé au hasard! )

AU COURANT DE LA JOURNÉE ET (PARFOIS) LA NUIT
(1-3 MINUTES) :

J’ai aussi un petit cahier de notes ou j’inscris tout tout tout ce qui me passe par la tête. Ce n’est pas une to-do list, mais plutôt une sorte de tiroir qui vide mon cerveau. Une dé-charge mentale.

Au lieu de laisser toutes mes idées en plan tourner dans ma tête, je les range là. Et je peux les consulter quand je veux. Ça m’évite d’oublier de payer mes taxes ou de conserver les bonnes idées qui surgissent à l’improviste. Juste le fait d’arrêter de penser à ne pas oublier et de savoir que tout est là crée de l’espace dans ma tête! Du vrai prozac ;)

SOIR (15 À 30 MINUTES) :
La majorité des soirs, je prends un temps pour me poser. C’est à ce moment-là que tout ce qui n’a pas jailli durant la journée refait surface. On parle ici de stress plus grands, comme celui où quelqu’un convoite le même poste nouvellement affiché que toi, ou encore quand ton enfant a un mauvais comportement à l’école, ou bien quand ton revenu est instable parce que tu es travailleur autonome...
 
Je prends donc mon cahier et:
1. J’y inscris les éléments qui me trottent dans la tête et qui, je sais que si je ne les écoute pas, me réveilleront à 3h00 du matin.

2. À partir de là je les déconstruis, un à un, en analysant et en définissant la source du stress selon les caractéristiques du C.I.N.É.: contrôle, imprévisibilité, nouveauté, ego menacé (rappelle-toi ton test).

3. Une fois trouvés, j’élabore des plans de secours pour retrouver le contrôle sur la situation comme, par exemple: Que puis-je faire pour que ce soit moins menaçant ?

A) m’informer ?
B) en parler ?
C) éviter ?
D) créer des alliances?
E) prévoir ?
F) …
 
La majorité des plans élaborés ne seront probablement jamais mis en pratique mais le simple fait de les avoir sous la main est comme avoir un couteau suisse quand tu te balades en forêt. Tu ne l’utiliseras probablement jamais, mais ça rassure et tu peux mieux en profiter. En d’autres termes, ton cerveau se sent moins menacé et tu produiras moins d’hormones de stress.
 
Avec le temps et la pratique, cela deviendra un automatisme. Un fabuleux outil à portée de main pour dealer avec n’importe quelle situation.

OPTION 2 :
Si tu veux faire un mur complet, il faut le traiter comme une oeuvre complète; comme si c’était un grand tableau. Il n’est pas obligé d’être droit, mais tu devras te tracer un rectangle imaginaire sur ton mur dans lequel tu travailleras. Puis, les pièces choisies devraient être esthétiquement semblable au niveau des couleurs, matières et finis.

Avec ces astuces, on ne peut pas se tromper, mais si tu aimes oser, sache que les règles sont aussi faites pour être brisées!


CONTRÔLE OU IMPRESSION DE CONTRÔLE = MENACE AMOINDRIE

FIN DE SEMAINE (15 À 30 MINUTES) :
Le dimanche, j’aime que ça soit une journée où il n’y a rien sur l’horaire, mais je prends quand même un petit peu de temps pour planifier la semaine qui s’en vient. Ça m’apaise de savoir que tout va bien se dérouler. Je planifie donc les repas, les sorties, les rendez-vous et le lavage approprié pour que tout coule.

Pour que le jour même, il n’y ait pas de crise de bacon parce que je dois aller chercher un souper à 17h30 en revenant de la garderie. Pour que je n’aie pas à dire à mes enfants: dépêche-toi, dépêche-toi.., parce que moi je ne me suis pas organisée!

Et le simple fait de savoir que tout va être OK me fait aimer le temps que je prends pour le faire.

« Je ne vais pas te mentir, c’est vrai que l'adaptation a été difficile. Parce que ce n’était pas une habitude. Mais, le plus gros de l’effort reste dans la décision de passer aux actes, tout simplement. »

Maintenant, devant un moment de procrastination, je me souviens des moments de panique, de mal-être et de détresse. Pour me rappeler d"où je m'en vais et de ce que j’ai réussi à obtenir. En prenant du temps, j’ai créé de l’espace dans ma tête. J’ai repris le contrôle sur le chaos. Mais surtout, malgré tout ce que j’ai à faire, je ne sens plus de pression constante. Je n’en fais pas moins. Je le fais simplement mieux. Pour pouvoir être bien et pour apprécier la vie à tout moment. Et c’est exactement ça, l’art du slow living.


Ces dernières semaines, j'ai essayé de compiler tous mes outils les plus efficaces pour que, toi aussi, tu puisses mettre en place une stratégie pour reprendre le contrôle. Rien de compliqué, juste du doux!

Cette collection est faite pour tous les submergés et les anxieux qui veulent reprendre le contrôle de leur vie, privilégier leur bien-être et obtenir réellement tous les bénéfices du slow living. Si aujourd'hui tu n’as plus envie de vivre constamment sous pression, et que tu ne sais pas comment gérer le stress au quotidien.

Tu peux aller jeter un coup d'oeil ICI!

Il y a des objets tous plus magnifiques les uns que les autres, mais aussi des outils que j’utilise et qui m’ont aidés à vivre paisiblement, et ce, malgré l’anxiété. Et puis, pour celles qui ont de la difficulté à gérer la charge mentale, il y a un planificateur qui, en plus de t’aider, est aussi un des principes les plus puissants du slow et transformateur qui soit.

Comme le slow est un cheminement, ces outils sont parfaits pour commencer ta transition en douceur vers ce mode de vie et, tranquillement, être de plus en plus "sur ton x".

Besoin de t'organiser pour diminuer ton stress?

Envie de faire un gallery wall
toi aussi ?


MAGASINER

MAGASINER

INSPIRATIONS:
Vus sur mes comptes coup de coeur du moment :

À propos de Sur mon x:

IMAGINEZ un monde où son mode de vie aurait peu d’impact sur l’environnement et où son indice de bonheur se verrait considérablement augmenté. 

Chez Sur mon x, c’est le pari que nous nous sommes lancé… 


Suis-nous sur Instagram!

Parcourir le blog

Suis-nous sur Instagram!

Magasiner la papeterie

CONTRÔLE OU IMPRESSION DE CONTRÔLE = MENACE AMOINDRIE

FIN DE SEMAINE (15 À 30 MINUTES) :
Le dimanche, j’aime que ça soit une journée où il n’y a rien sur l’horaire, mais je prends quand même un petit peu de temps pour planifier la semaine qui s’en vient. Ça m’apaise de savoir que tout va bien se dérouler. Je planifie donc les repas, les sorties, les rendez-vous et le lavage approprié pour que tout coule.

Pour que le jour même, il n’y ait pas de crise de bacon parce que je dois aller chercher un souper à 17h30 en revenant de la garderie. Pour que je n’aie pas à dire à mes enfants: dépêche-toi, dépêche-toi.., parce que moi je ne me suis pas organisée!

Et le simple fait de savoir que tout va être OK me fait aimer le temps que je prends pour le faire.

« Je ne vais pas te mentir, c’est vrai que l'adaptation a été difficile. Parce que ce n’était pas une habitude. Mais, le plus gros de l’effort reste dans la décision de passer aux actes, tout simplement. »

Ces dernières semaines, j'ai essayé de compiler tous mes outils les plus efficaces pour que, toi aussi, tu puisses mettre en place une stratégie pour reprendre le contrôle. Rien de compliqué, juste du doux!

Cette collection est faite pour tous les submergés et les anxieux qui veulent reprendre le contrôle de leur vie, privilégier leur bien-être et obtenir réellement tous les bénéfices du slow living. Si aujourd'hui tu n’as plus envie de vivre constamment sous pression, et que tu ne sais pas comment gérer le stress au quotidien.

Tu peux aller jeter un coup d'oeil ICI!

Il y a des objets tous plus magnifiques les uns que les autres, mais aussi des outils que j’utilise et qui m’ont aidés à vivre paisiblement, et ce, malgré l’anxiété. Et puis, pour celles qui ont de la difficulté à gérer la charge mentale, il y a un planificateur qui, en plus de t’aider, est aussi un des principes les plus puissants du slow et transformateur qui soit.

Comme le slow est un cheminement, ces outils sont parfaits pour commencer ta transition en douceur vers ce mode de vie et, tranquillement, être de plus en plus "sur ton x".


Notre nouvelle collection pour mieux s'organiser

MAGASINER

« À une autre époque, je créais les décors des différentes pièces d’un magasin de meuble renommé. J’y choisissais la literie, la couleur des murs, les accessoires et les meubles. Des cadres, j’en ai accrochés des centaines et des centaines dans ma vie. Et depuis quelques temps, je vois sur plusieurs de mes comptes instagram favoris de magnifiques gallery wall. »

Vous avez été si nombreuses à faire le test et vous être reconnues dans mon dernier post:
 «L'EXERCICE ULTIME À FAIRE POUR GÉRER SON STRESS » que ça m'a donné envie de partager un truc qui m'a longtemps échappé.

Ça me donne aussi envie d’en refaire! Mais comme je n’ai pas de grands murs à la maison et que je ne travaille plus en boutique, j’ai pensé comblé cette pulsion créative que le printemps fait renaître… en vous donnant mes meilleurs trucs et mes inspirations!

Faire un gallery wall digne d’un magazine est un art complexe et certaines ne s’y risqueront pas par manque d’assurance, mais avec ces petits trucs aucune raison d’avoir peur.



CHOISIR LES OBJETS À ACCROCHER
Comme c’est éclectique, on peut mettre tout ce qui nous parle ou qui touche notre coeur : peinture, illustration, photos, portrait, cadre vintage de différentes tailles. Ce que j’aime est d’y mêler un objet distinctif : ça peut être un miroir, une horloge ou un beau bougeoir mural. Cet ajout aide à casser le rythme rigide des formes rectangulaires.


TRUC POUR UN RÉSULTAT HARMONIEUX
On peut mettre ce qu’on veut, mais il y a des règles à respecter pour créer une harmonie visuelle. Le truc, c’est de créer des liens en choisissant des couleurs, matières ou textures similaire. Par exemple, ici, ça semble hétéroclite, mais le doré se retrouve dans deux des encadrements, puis le noir de certaines peinture se retrouve aussi dans les encadrement de d’autres et l'argenté du miroir dans l'encadrement de gauche. Rien n'est laissé au hasard!!!

Au début de la vingtaine, comme la majorité des jeunes, j’avais besoin de partir à l’aventure et de découvrir le monde pour me découvrir moi-même, en quelque sorte. Ma soeur cadette et moi avons décidé de partir pour l’Espagne. J’avais déjà voyagé, mais jamais dans une situation où j’étais maître du voyage. »

Quelques jours avant notre départ, j’ai commencé à paniquer. Qu’est-ce qui m’avait pris? Deux filles, seules, vulnérables… Et si on se perdait, y a-t-il des téléphones publics dans ce pays? Et si on se faisait enlever, attaquer.., les pensées ont commencées à se déchaîner dans ma tête.

Au beau milieu de la nuit, je me suis donc levée sur la pointe des pieds pour aller faire une recherche sur Google. La lumière tamisée, en robe de chambre, je fixais l’écran comme s’il allait me sauver. J’ai d’abord tapé voyage Espagne, puis, voyage Espagne problème.

D’un coup, j’ai fermé ces fenêtres et j’ai plutôt décidé d’aller sur Google Map. J’ai visité le pays en m’y promenant de l’aéroport à la gare, en passant par les arrêts d’autobus et les musées où l’on devait aller. Je remarquais le nom des boulevards et des vastes parcs et accordais donc mon attention aux détails que je pourrais repérer.

Et du coup, je me suis sentie mieux. Apaisée. Mais comment ça se pouvait? Je souriais et j’avais hâte alors que ça faisait 2 nuits que je ne dormais pas et, 30 minutes plus tôt, j’avais failli appeler ma soeur au beau milieu de la nuit, en panique, pour lui dire que je ne serais pas capable d’y aller.

Ce que j’ai compris bien plus tard, en lisant ce fameux livre sur le stress de Sonia Lupien dont je t’ai parlé dans le dernier article, c’est que l’impression d’avoir le contrôle sur une situation est le facteur le plus important, pas tant le contrôle lui-même. Et cette anecdote m’est revenue en tête.

C’est le manque de contrôle sur une situation qui crée l’état de panique. Comme les études montrent que comme notre cerveau ne fait pas vraiment la nuance entre les deux, c'est en augmentant l’impression d’avoir le contrôle que la perception de menace diminue et donc, les symptômes de stress.

« Et quand j’ai compris ça, j’ai décidé de trouver des manières de rassurer mon cerveau. Si le simple fait de savoir où il s’en va le fait se sentir zen, et bien, je vais le lui dire. C’est ainsi que j’ai commencé à reprendre le contrôle sur ma vie qui était un chaos. »

Mais, je ne vais pas te mentir: c’est un peu à contrecœur que j’ai décidé de m’organiser, car je suis plutôt du genre spontanée et créative. J’avais l’impression qu’en gérant et en sachant à l’avance ce qui allait se passer, j’allais éteindre quelque chose en moi.

Plus tard, j’ai compris que c’était une fausse croyance et qu’un esprit clair et concentré est beaucoup plus créatif. Mais, sur le coup, je me suis accrochée à la sensation de grande paix que j’avais ressentie cette nuit-là. Et c’est ce que je voulais retrouver à tout prix dans l’état où j’étais.


COMMENT PROCÉDER
Commencer en découpant dans du papier kraft, du journal ou du carton la forme de vos cadres et objets. Ensuite, disposez-les par terre pour faire des tests en choisissant une pièce maîtresse (souvent la plus grande) et ainsi broder autour. Par exemple, ici la pièce maîtresse est l’encadrement avec des arbres. Dans la séquence visuelle, notre regard se porte d’abord sur elle. L’oeil poursuivra sa lecture de l’ensemble par la suite. On accorde donc à cette pièce un emplacement central.

MON VIRAGE
J’ai donc commencé à organiser et à détailler mes journées, mon quotidien, et tout ce qui me créait une pression ou me stressait, afin de dire à mon cerveau que j’avais un plan et qu’aucune menace ne pourrait me nuire.

Pour rendre l’agréable à l’utile, j’ai décidé de me doter de beaux outils pour faire de ce moment un rituel, et en profiter pour transformer ce qui me semblait préalablement une corvée en moment pour moi. Évidemment, je pourrais tout faire ça dans mon cellulaire ou sur une feuille de papier, mais la poésie qui s’en dégage devient un autre baume de douceur et m’aide à avoir une certaine régularité et à aimer faire ces exercices.


QUESTIONS FRÉQUENTES

DE SIMPLES RITUELS AUX POUVOIRS ÉPOUSTOUFLANTS

À QUELLE HAUTEUR DOIS-JE POSITIONNER MES CADRES ?
Le milieu de ton cadre ou de ta composition doit arriver au niveau de tes yeux soit approximativement 5’.

AVEC QUOI ACCROCHER MES CADRES ?
J’ai accroché plus de 1000 cadres dans ma vie et un seul a tombé .. oups, oui, mais c’était parce que j’avais tellement accroché de cadres souvent au même endroit qu’il n’y avait plus rien de solide!
Mais ce que je veux dire, c’est qu’il n’est pas nécessaire de mettre des vis papillon ou des chevilles qui font des trous gros comme des piastres. Un simple crochet à cadre suffit ou un bon vieux clou planté à 45 degrés si le cadre est petit.

Et si ton chum capote parce que tu vas FAIRE DES TROUS DANS LE MUR, il y a toujours ça.

COMMENT TRAITER UN ENSEMBLE DE CADRES ?
Au final, cela doit former une entité comme si cela devenait un seul cadre. Généralement, l’espace entre chacune des pièce devrait être au maximum de 2 à 3’’.

Il se peut qu’il y ait des vides, je conseille d’en laisser seulement un au maximum 2 et le vide ne devrait pas dépasser 10’’.

MATIN (5-10 MINUTES) :
Avant de commencer quoi que ce soit chaque matin, je prends un moment confortable, café au lait chaud, crayon favori et bloc-note en main pour penser à mes objectifs de la semaine ou du mois. En me demandant ce que j’ai à accomplir à long terme, je peux donc diviser parmi les journées. Je me donne donc un maximum de 3 tâches maximum à faire par jour (les experts en organisation s’entendent pour dire que le plus réaliste serait 3 à 5 priorités par jour). Je m’en tiens à ça.

Avant, je pouvais me mettre à songer en boucle au deadline ou à comment j’arriverais à faire TOUT ce que j’avais à faire, en plein milieu d’un film au cinéma ou pendant une soirée au restaurant, ou même au parc avec mes enfants, et ne plus vraiment être présente.
Parce que pour survivre, le cerveau traite en priorité les menaces. Mais juste avec ça, comme ma stratégie est préétablie, ça ne m’arrive plus. Comme un éclairci après une averse, je peux être complètement dans le moment présent et en profiter.

Et en plus, ça me permet de ne pas commencer quelque chose qui n’est pas nécessaire et de devenir anxieuse parce que je manque de temps. Tout coule parfaitement. Certains le font aussi la veille au soir parce que cela aide à visualiser la journée du lendemain, libère la mémoire (déjà bien remplie) et permet de mieux dormir.

AU COURANT DE LA JOURNÉE ET (PARFOIS) LA NUIT (1-3 MINUTES) :
J’ai aussi un petit cahier de notes ou j’inscris tout tout tout ce qui me passe par la tête. Ce n’est pas une to-do list, mais plutôt une sorte de tiroir qui vide mon cerveau. Une dé-charge mentale.

Au lieu de laisser toutes mes idées en plan tourner dans ma tête, je les range là. Et je peux les consulter quand je veux. Ça m’évite d’oublier de payer mes taxes ou de conserver les bonnes idées qui surgissent à l’improviste. Juste le fait d’arrêter de penser à ne pas oublier et de savoir que tout est là crée de l’espace dans ma tête! Du vrai prozac ;)

SOIR (15 À 30 MINUTES) :
La majorité des soirs, je prends un temps pour me poser. C’est à ce moment-là que tout ce qui n’a pas jailli durant la journée refait surface. On parle ici de stress plus grands, comme celui où quelqu’un convoite le même poste nouvellement affiché que toi, ou encore quand ton enfant a un mauvais comportement à l’école, ou bien quand ton revenu est instable parce que tu es travailleur autonome...
 
Je prends donc mon cahier et:
1. J’y inscris les éléments qui me trottent dans la tête et qui, je sais que si je ne les écoute pas, me réveilleront à 3h00 du matin.

2. À partir de là je les déconstruis, un à un, en analysant et en définissant la source du stress selon les caractéristiques du C.I.N.É.: contrôle, imprévisibilité, nouveauté, ego menacé (rappelle-toi ton test).

3. Une fois trouvés, j’élabore des plans de secours pour retrouver le contrôle sur la situation comme, par exemple: Que puis-je faire pour que ce soit moins menaçant ?

A) m’informer ?
B) en parler ?
C) éviter ?
D) créer des alliances?
E) prévoir ?
F) …
 
La majorité des plans élaborés ne seront probablement jamais mis en pratique mais le simple fait de les avoir sous la main est comme avoir un couteau suisse quand tu te balades en forêt. Tu ne l’utiliseras probablement jamais, mais ça rassure et tu peux mieux en profiter. En d’autres termes, ton cerveau se sent moins menacé et tu produiras moins d’hormones de stress.
 
Avec le temps et la pratique, cela deviendra un automatisme. Un fabuleux outil à portée de main pour dealer avec n’importe quelle situation.


COMPOSITIONS

CONTRÔLE OU IMPRESSION DE
CONTRÔLE = MENACE AMOINDRIE

OPTION 1 :
Pour la composition, certains aiment remplir les murs. Personnellement, ma philosophie est comme à l’habitude : less is more. C’est-à-dire que si tu remplis ton mur au complet, tu vas immanquablement manquer quelques cadres au passage dans ta lecture. L’oeil ne saura plus quoi regarder et sera porter à regarder ailleurs. Donc, même si tu aimes 25 cadres, vas-y par élimination pour ne garder que les meilleurs choix et surtout n’hésite pas à choisir des oeuvres plus grandes que plusieurs petites. Crois-moi le résultat parlera de lui-même!

FIN DE SEMAINE (15 À 30 MINUTES) :
Le dimanche, j’aime que ça soit une journée où il n’y a rien sur l’horaire, mais je prends quand même un petit peu de temps pour planifier la semaine qui s’en vient. Ça m’apaise de savoir que tout va bien se dérouler. Je planifie donc les repas, les sorties, les rendez-vous et le lavage approprié pour que tout coule.

Pour que le jour même, il n’y ait pas de crise de bacon parce que je dois aller chercher un souper à 17h30 en revenant de la garderie. Pour que je n’aie pas à dire à mes enfants: dépêche-toi, dépêche-toi.., parce que moi je ne me suis pas organisée!

Et le simple fait de savoir que tout va être OK me fait aimer le temps que je prends pour le faire.

« Donc, on part d'une pièce maîtresse et on fait une lecture en rond (ou rectangle) pour revenir à la pièce maîtresse. »

« Je ne vais pas te mentir, c’est vrai que l'adaptation a été difficile. Parce que ce n’était pas une habitude. Mais, le plus gros de l’effort reste dans la décision de passer aux actes, tout simplement. »

Voici des exemples de composition qui sont à mon avis des plus réussis....
( Parce que, oui j'ai, aussi, étudié l'histoire de l'art et crois-moi, la composition est la clé des plus grand chef d'oeuvre 👩🏻‍🎨 Rien n'est laissé au hasard! )

Maintenant, devant un moment de procrastination, je me souviens des moments de panique, de mal-être et de détresse. Pour me rappeler d"où je m’en vais et de ce que j’ai réussi à obtenir. En prenant du temps, j’ai créé de l’espace dans ma tête. J’ai repris le contrôle sur le chaos. Mais surtout, malgré tout ce que j’ai à faire, je ne sens plus de pression constante. Je n’en fais pas moins. Je le fais simplement mieux. Pour pouvoir être bien et pour apprécier la vie à tout moment. Et c’est exactement ça, l’art du slow living.

OPTION 2 :
Si tu veux faire un mur complet, il faut le traiter comme une oeuvre complète; comme si c’était un grand tableau. Il n’est pas obligé d’être droit, mais tu devras te tracer un rectangle imaginaire sur ton mur dans lequel tu travailleras. Puis, les pièces choisies devraient être esthétiquement semblable au niveau des couleurs, matières et finis.

Avec ces astuces, on ne peut pas se tromper, mais si tu aimes oser, sache que les règles sont aussi faites pour être brisées!


Ces dernières semaines, j'ai essayé de compiler tous mes outils les plus efficaces pour que, toi aussi, tu puisses mettre en place une stratégie pour reprendre le contrôle. Rien de compliqué, juste du doux!

Cette collection est faite pour tous les submergés et les anxieux qui veulent reprendre le contrôle de leur vie, privilégier leur bien-être et obtenir réellement tous les bénéfices du slow living. Si aujourd'hui tu n’as plus envie de vivre constamment sous pression, et que tu ne sais pas comment gérer le stress au quotidien.

Tu peux aller jeter un coup d'oeil ICI!

Il y a des objets tous plus magnifiques les uns que les autres, mais aussi des outils que j’utilise et qui m’ont aidés à vivre paisiblement, et ce, malgré l’anxiété. Et puis, pour celles qui ont de la difficulté à gérer la charge mentale, il y a un planificateur qui, en plus de t’aider, est aussi un des principes les plus puissants du slow et transformateur qui soit.

Comme le slow est un cheminement, ces outils sont parfaits pour commencer ta transition en douceur vers ce mode de vie et, tranquillement, être de plus en plus "sur ton x".

Envie de faire un gallery wall toi aussi ?

Besoin d'outil pour mieux t'organiser?


MAGASINER

MAGASINER

INSPIRATIONS:
Vus sur mes comptes coup de coeur du moment :

À propos de Sur mon x:

IMAGINEZ un monde où son mode de vie aurait peu d’impact sur l’environnement et où son indice de bonheur se verrait considérablement augmenté. 

Chez Sur mon x, c’est le pari que nous nous sommes lancé… 


L'EXERCICE ULTIME À FAIRE POUR GÉRER SON STRESS

selon la directrice du centre d’études sur le stress humain

ou l'art de faire baisser la pression pour les nuls FAIRES BAISSER LE STRESS ET LA PRESSION SLOW LIVING

L'EXERCICE ULTIME À FAIRE POUR GÉRER SON STRESS

ou l'art de faire baisser la pression pour les nuls

Parcourir le blog

Suis-nous sur Instagram!

Magasiner les soldes



Articles qui risquent de t'intéresser

ENVIE DE PLUS DE SLOW ?

Abonnes-toi à notre infolettre, c'est gratuit et on t'en donnes en primeur tous les samedis!

MERCI ❤️ de te joindre à la grande communauté Sur mon x ! Ensemble, nous faisons la différence!
This field is required

TOUT PARCOURIR



Alexandra Laflamme
Left continuer à magasiner
votre commande

votre panier est vide