Avant que le stress ne te rende malade

BIEN-ÊTRE

Avant que le stress ne
te rende malade

Avant que le stress
ne te rendre malade

Puisqu'il ne faut pas attendre d'être au bout du rouleau.
Par:
VALÉRIE ANNE WHITE  Date: 3 décembre, 2019

Puisqu'il ne faut pas attendre d'être au bout du rouleau.
Par:
VALÉRIE ANNE WHITE  Date: 3 décembre, 2019


« Aujourd'hui, je vais te donner LE TRUC ultime pour t’aider à gérer ton stress, celui qui m’a fait éviter une dépression, un burnout, ou je ne sais trop quel mal invisible. Parce que si tu me suis depuis un petit bout, tu sais que j’ai commencé mon cheminement vers le slow living il y a de ça 4 ans. »

Le début de ma vie d’adulte a été difficile, je voyais très grand et j’avais plein de projets entamés. Tu sais ce que c’est, on a de plus en plus de responsabilités, un appart, puis une maison à entretenir et à payer, une voiture, des courses, des rendez-vous, puis une job où on veut performer et d’autres projets à côté…

C’est après la naissance de mon premier enfant où j’ai commencé à ne plus y voir clair. Il n’y avait plus assez de place, plus assez de temps pour tout. Et le plus frustrant c’était de voir que les autres semblaient gérer ça facilement et que moi, j’étais complètement exténuée, débordée, vidée.


Tu l’as déjà ressenti, ce sentiment d’urgence qui ne lâche pas, cette pression permanente, et ce sentiment d’être à la course, mais d’être quand même à la fin du peloton? J’étais continuellement dans cet état.

Mais la dernière fois que ça m’est arrivé, c'était un soir de semaine où je venais d’aller chercher les enfants à la garderie. Le travail était terminé mais encore là, bien présent, à tourner en boucle dans ma tête. J’allais commencer le souper, en fouillant dans le frigo.

Puis, les enfants ont commencé à s’obstiner, je n’entendais que des cris: « Donnes-moi ça, non c’est à moi, rends-le moi! … », en plus des voix dans ma tête qui ne cessaient de jacasser et de me remémorer toute ma journée, en plus de tout ce qui me restait à faire.

La Pat ’Patrouille en background, mon plus grand vient me demander un verre de lait et, en ouvrant le frigo pour lui donner, je cherchais encore quoi faire à manger. Il y a plusieurs choses, mais rien du tout qui n’aille ensemble et qui puisse faire une recette.

« MAMAN, MAMAN, c’est long! La pression montait et… j’ai pété un plomb, et pleuré… et pleuré. C’est banal, mais la dernière fois, mon chum m’a regardé, il a baissé les yeux, ne sachant plus trop où se placer, et m'a dit: « Je pense que tu fais une dépression, Val. » NON. »

Non, je ne fais pas une dépression. Je suis juste à BOUTTTTTT, j’ai tellement de choses dans la tête! Mais au fond de moi, je savais que je flirtais avec un mal invisible qui partait et revenait, de temps à autre.

Sérieusement: qu’est-ce qui se passe pour qu’on en arrive là? Est-ce un burnout? Un signe pour me faire comprendre quelque chose? Ou y aurait-il tout simplement trop de stress?

Mais oui! Et si c’était ça… Ce soir-là, je me suis souvenue, au moment de me coucher, d'avoir lu il n’y avait pas si longtemps un livre qui expliquait que l’exposition au stress chronique réduisait l'étanchéité d'une protéine protégeant la barrière hémato-encéphalique du cerveau, permettant aux cytokines pro inflammatoires de s'y introduire, permettant donc à des maladies telles que la dépression, l’anxiété ou le burnout d’entrer.

Et c’est là que j’ai fait le lien.


Je me suis donc replongée dans ce livre. Selon Sonia Lupien, directrice du centre d’études sur le stress humain, les gens vont produire une réponse biologique de stress lorsqu’ils sont exposés à une situation comprenant l’une ou plusieurs de ces caractéristiques:

LE C.I.N.É.
CONTRÔLE: Vous devez avoir l’impression que vous n’avez pas le contrôle sur la situation.
IMPRÉVISIBILITÉ: La situation doit être imprévue ou imprévisible pour vous.
NOUVEAUTÉ: La situation doit être nouvelle pour vous.
ÉGO MENACÉ: La situation doit être menaçante pour votre égo.
 
Ayant une personnalité anxieuse, le côté imprévisible et le manque de contrôle m’amenaient à un niveau si élevé de stress que j’en perdais littéralement le contrôle. Je ne faisais pas une dépression. J'étais plutôt dans un état dépressif, mais disons que j’ai compris que la barrière était probablement ouverte et que ça me donnait un avant-goût assez amer de ce qui en viendrait à se passer si je ne faisais rien. C’est pourquoi je devais gérer de manière plus efficace les imprévus, avant que ça aille plus loin.
 
C’est ce que j’ai fait. Je n’avais plus le choix. Même si j’étais une créative qui vivait au gré du vent, je devais avoir un certain cadre. Je n’en avais pas eu depuis que j’avais quitté le nid familial; et maintenant, je devais à tout prix en créer un et prendre soin de moi. Personne d’autre ne le ferait à ma place.

Facilement j’ai réussi à reprendre le contrôle et aujourd’hui, subjuguée par le changement positif, je te partage comment j’y suis arrivée, parce que je pense sincèrement qu’en acquérant une certaine forme de paix d’esprit, on peut alors se concentrer à faire de grandes choses et à avoir une vie plus heureuse.

Deux exercices m’aident maintenant; un en préambule et l’autre au quotidien. Je te partage le premier aujourd’hui, parce que je regrette d’avoir compris cela aussi tardivement et c’est tellement salvateur que je pense que tout le monde devrait le faire. Premièrement, il faut déterminer quels sont les facteurs de stress qui t’affectent le plus afin de pouvoir les anticiper ou les déconstruire.

Voici un sommaire du test de Sonia Lupien, venant du livre Par amour du stress (Sonia Lupien, Éditions du Carré, 275 pages), qu’elle utilise en laboratoire.
 
Clique ici pour faire le test:

Pour analyser vos résultats, additionnez le score que vous avez donné aux réponses suivantes:

Total du score donné aux questions 3 et 5: ___________
Total du score donné aux questions 1 et 7: ___________
Total du score donné aux questions 2 et 8: ___________
Total du score donné aux questions 4 et 6: ___________
  • L’addition des questions 3 et 5 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (C)
  • L’addition des questions 1 et 7 représente votre sensibilité à l’imprévisibilité (I)
  • L’addition des questions 2 et 8 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (N)
  • L’addition des questions 4 et 6 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (É)

Le chiffre le plus élevé représente la caractéristique du C.I.N.É à laquelle vous êtes le plus sensible. Le test complet comporte 100 questions, mais celles-ci sont les plus représentatives.

« Les personnes comme moi, de nature plutôt anxieuse, ont tendance à être plus sensibles à l’imprévisibilité et à la nouveauté. Et après avoir fait ce test, j’ai vraiment remarqué qu’en le sachant, je me laisse moins envahir par les situations quand elles arrivent. Maintenant, j’essaie de les gérer à l’avance. »

« Aujourd'hui, je vais te donner LE TRUC ultime pour t’aider à gérer ton stress, celui qui m’a fait éviter une dépression, un burnout, ou je ne sais trop quel mal invisible. Parce que si tu me suis depuis un petit bout, tu sais que j’ai commencé mon cheminement vers le slow living il y a de ça 4 ans. »

« À une autre époque, je créais les décors des différentes pièces d’un magasin de meuble renommé. J’y choisissais la literie, la couleur des murs, les accessoires et les meubles. Des cadres, j’en ai accrochés des centaines et des centaines dans ma vie. Et depuis quelques temps, je vois sur plusieurs de mes comptes instagram favoris de magnifiques gallery wall. »

Le début de ma vie d’adulte a été difficile, je voyais très grand et j’avais plein de projets entamés. Tu sais ce que c’est, on a de plus en plus de responsabilités, un appart, puis une maison à entretenir et à payer, une voiture, des courses, des rendez-vous, puis une job où on veut performer et d’autres projets à côté…

C’est après la naissance de mon premier enfant où j’ai commencé à ne plus y voir clair. Il n’y avait plus assez de place, plus assez de temps pour tout. Et le plus frustrant c’était de voir que les autres semblaient gérer ça facilement et que moi, j’étais complètement exténuée, débordée, vidée.

Ça me donne aussi envie d’en refaire! Mais comme je n’ai pas de grands murs à la maison et que je ne travaille plus en boutique, j’ai pensé comblé cette pulsion créative que le printemps fait renaître… en vous donnant mes meilleurs trucs et mes inspirations!

Faire un gallery wall digne d’un magazine est un art complexe et certaines ne s’y risqueront pas par manque d’assurance, mais avec ces petits trucs aucune raison d’avoir peur.



Tu l’as déjà ressenti, ce sentiment d’urgence qui ne lâche pas, cette pression permanente, et ce sentiment d’être à la course, mais d’être quand même à la fin du peloton? J’étais continuellement dans cet état.

Mais la dernière fois que ça m’est arrivé, c'était un soir de semaine où je venais d’aller chercher les enfants à la garderie. Le travail était terminé mais encore là, bien présent, à tourner en boucle dans ma tête. J’allais commencer le souper, en fouillant dans le frigo.

Puis, les enfants ont commencé à s’obstiner, je n’entendais que des cris: « Donnes-moi ça, non c’est à moi, rends-le moi! … », en plus des voix dans ma tête qui ne cessaient de jacasser et de me remémorer toute ma journée, en plus de tout ce qui me restait à faire.

La Pat ’Patrouille en background, mon plus grand vient me demander un verre de lait et, en ouvrant le frigo pour lui donner, je cherchais encore quoi faire à manger. Il y a plusieurs choses, mais rien du tout qui n’aille ensemble et qui puisse faire une recette.

« MAMAN, MAMAN, c’est long! La pression montait et… j’ai pété un plomb, et pleuré… et pleuré. C’est banal, mais la dernière fois, mon chum m’a regardé, il a baissé les yeux, ne sachant plus trop où se placer, et m'a dit: « Je pense que tu fais une dépression, Val. » NON. »

Non, je ne fais pas une dépression. Je suis juste à BOUTTTTTT, j’ai tellement de choses dans la tête! Mais au fond de moi, je savais que je flirtais avec un mal invisible qui partait et revenait, de temps à autre.

Sérieusement: qu’est-ce qui se passe pour qu’on en arrive là? Est-ce un burnout? Un signe pour me faire comprendre quelque chose? Ou y aurait-il tout simplement trop de stress?

Mais oui! Et si c’était ça… Ce soir-là, je me suis souvenue, au moment de me coucher, d'avoir lu il n’y avait pas si longtemps un livre qui expliquait que l’exposition au stress chronique réduisait l'étanchéité d'une protéine protégeant la barrière hémato-encéphalique du cerveau, permettant aux cytokines pro inflammatoires de s'y introduire, permettant donc à des maladies telles que la dépression, l’anxiété ou le burnout d’entrer.

Et c’est là que j’ai fait le lien.


Je me suis donc replongée dans ce livre. Selon Sonia Lupien, directrice du centre d’études sur le stress humain, les gens vont produire une réponse biologique de stress lorsqu’ils sont exposés à une situation comprenant l’une ou plusieurs de ces caractéristiques:

LE C.I.N.É.
CONTRÔLE: Vous devez avoir l’impression que vous n’avez pas le contrôle sur la situation.
IMPRÉVISIBILITÉ: La situation doit être imprévue ou imprévisible pour vous.
NOUVEAUTÉ: La situation doit être nouvelle pour vous.
ÉGO MENACÉ: La situation doit être menaçante pour votre égo.
 
Ayant une personnalité anxieuse, le côté imprévisible et le manque de contrôle m’amenaient à un niveau si élevé de stress que j’en perdais littéralement le contrôle. Je ne faisais pas une dépression. J'étais plutôt dans un état dépressif, mais disons que j’ai compris que la barrière était probablement ouverte et que ça me donnait un avant-goût assez amer de ce qui en viendrait à se passer si je ne faisais rien. C’est pourquoi je devais gérer de manière plus efficace les imprévus, avant que ça aille plus loin.
 
C’est ce que j’ai fait. Je n’avais plus le choix. Même si j’étais une créative qui vivait au gré du vent, je devais avoir un certain cadre. Je n’en avais pas eu depuis que j’avais quitté le nid familial; et maintenant, je devais à tout prix en créer un et prendre soin de moi. Personne d’autre ne le ferait à ma place.

Facilement j’ai réussi à reprendre le contrôle et aujourd’hui, subjuguée par le changement positif, je te partage comment j’y suis arrivée, parce que je pense sincèrement qu’en acquérant une certaine forme de paix d’esprit, on peut alors se concentrer à faire de grandes choses et à avoir une vie plus heureuse.

Deux exercices m’aident maintenant; un en préambule et l’autre au quotidien. Je te partage le premier aujourd’hui, parce que je regrette d’avoir compris cela aussi tardivement et c’est tellement salvateur que je pense que tout le monde devrait le faire. Premièrement, il faut déterminer quels sont les facteurs de stress qui t’affectent le plus afin de pouvoir les anticiper ou les déconstruire.

Voici un sommaire du test de Sonia Lupien, venant du livre Par amour du stress (Sonia Lupien, Éditions du Carré, 275 pages), qu’elle utilise en laboratoire.
 
Clique ici pour faire le test:

CHOISIR LES OBJETS À ACCROCHER
Comme c’est éclectique, on peut mettre tout ce qui nous parle ou qui touche notre coeur : peinture, illustration, photos, portrait, cadre vintage de différentes tailles. Ce que j’aime est d’y mêler un objet distinctif : ça peut être un miroir, une horloge ou un beau bougeoir mural. Cet ajout aide à casser le rythme rigide des formes rectangulaires.


TRUC POUR UN RÉSULTAT HARMONIEUX
On peut mettre ce qu’on veut, mais il y a des règles à respecter pour créer une harmonie visuelle. Le truc, c’est de créer des liens en choisissant des couleurs, matières ou textures similaire. Par exemple, ici, ça semble hétéroclite, mais le doré se retrouve dans deux des encadrements, puis le noir de certaines peinture se retrouve aussi dans les encadrement de d’autres et l'argenté du miroir dans l'encadrement de gauche. Rien n'est laissé au hasard!!!

COMMENT PROCÉDER
Commencer en découpant dans du papier kraft, du journal ou du carton la forme de vos cadres et objets. Ensuite, disposez-les par terre pour faire des tests en choisissant une pièce maîtresse (souvent la plus grande) et ainsi broder autour. Par exemple, ici la pièce maîtresse est l’encadrement avec des arbres. Dans la séquence visuelle, notre regard se porte d’abord sur elle. L’oeil poursuivra sa lecture de l’ensemble par la suite. On accorde donc à cette pièce un emplacement central.

QUESTIONS FRÉQUENTES

À QUELLE HAUTEUR DOIS-JE POSITIONNER MES CADRES ?
Le milieu de ton cadre ou de ta composition doit arriver au niveau de tes yeux soit approximativement 5’.

AVEC QUOI ACCROCHER MES CADRES ?
J’ai accroché plus de 1000 cadres dans ma vie et un seul a tombé .. oups, oui, mais c’était parce que j’avais tellement accroché de cadres souvent au même endroit qu’il n’y avait plus rien de solide!
Mais ce que je veux dire, c’est qu’il n’est pas nécessaire de mettre des vis papillon ou des chevilles qui font des trous gros comme des piastres. Un simple crochet à cadre suffit ou un bon vieux clou planté à 45 degrés si le cadre est petit.

Et si ton chum capote parce que tu vas FAIRE DES TROUS DANS LE MUR, il y a toujours ça.

COMMENT TRAITER UN ENSEMBLE DE CADRES ?
Au final, cela doit former une entité comme si cela devenait un seul cadre. Généralement, l’espace entre chacune des pièce devrait être au maximum de 2 à 3’’.

Il se peut qu’il y ait des vides, je conseille d’en laisser seulement un au maximum 2 et le vide ne devrait pas dépasser 10’’.

COMPOSITIONS

OPTION 1 :
Pour la composition, certains aiment remplir les murs. Personnellement, ma philosophie est comme à l’habitude : less is more. C’est-à-dire que si tu remplis ton mur au complet, tu vas immanquablement manquer quelques cadres au passage dans ta lecture. L’oeil ne saura plus quoi regarder et sera porter à regarder ailleurs. Donc, même si tu aimes 25 cadres, vas-y par élimination pour ne garder que les meilleurs choix et surtout n’hésite pas à choisir des oeuvres plus grandes que plusieurs petites. Crois-moi le résultat parlera de lui-même!

« Donc, on part d'une pièce maîtresse et on fait une lecture en rond (ou rectangle) pour revenir à la pièce maîtresse. »

Pour analyser vos résultats, additionnez le score que vous avez donné aux réponses suivantes:

Total du score donné aux questions 3 et 5: ___________
Total du score donné aux questions 1 et 7: ___________
Total du score donné aux questions 2 et 8: ___________
Total du score donné aux questions 4 et 6: ___________
  • L’addition des questions 3 et 5 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (C)
  • L’addition des questions 1 et 7 représente votre sensibilité à l’imprévisibilité (I)
  • L’addition des questions 2 et 8 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (N)
  • L’addition des questions 4 et 6 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (É)

Le chiffre le plus élevé représente la caractéristique du C.I.N.É à laquelle vous êtes le plus sensible. Le test complet comporte 100 questions, mais celles-ci sont les plus représentatives.

Voici des exemples de composition qui sont à mon avis des plus réussis.... ( Parce que, oui j'ai, aussi, étudié l'histoire de l'art et crois-moi, la composition est la clé des plus grand chef d'oeuvre 👩🏻‍🎨 Rien n'est laissé au hasard! )

OPTION 2 :
Si tu veux faire un mur complet, il faut le traiter comme une oeuvre complète; comme si c’était un grand tableau. Il n’est pas obligé d’être droit, mais tu devras te tracer un rectangle imaginaire sur ton mur dans lequel tu travailleras. Puis, les pièces choisies devraient être esthétiquement semblable au niveau des couleurs, matières et finis.

Avec ces astuces, on ne peut pas se tromper, mais si tu aimes oser, sache que les règles sont aussi faites pour être brisées!

« Les personnes comme moi, de nature plutôt anxieuse, ont tendance à être plus sensibles à l’imprévisibilité et à la nouveauté. Et après avoir fait ce test, j’ai vraiment remarqué qu’en le sachant, je me laisse moins envahir par les situations quand elles arrivent. Maintenant, j’essaie de les gérer à l’avance. »

Par exemple, comme les dates limites ou les décisions rapides m’angoissent, j’essaie de me donner plus de temps et d’être organisée. Je sais aussi qu’un imprévu, comme celui de manquer de quelque chose, être en retard, devoir changer mes plans ou avoir trop de pression font monter le cortisol en flèche. Et c’est pourquoi je me suis créée des outils, des techniques et des rituels pour m’aider à pouvoir vivre la vie que j’ai toujours voulue; une vie où je peux bien vivre et ne pas avoir peur de rêver grand.
 
Comme ils ont vraiment été d’une aide déterminante pour moi, j’ai voulu les partager avec vous et il y en aura une partie dans la nouvelle collection.
 
Je ne dis pas non plus qu’il faut faire de l’évitement car au contraire, en connaissant ses faiblesses et en les affrontant peu à peu, on gagne en confiance et elles se dissipent tranquillement. C'est en les évitant qu'elles empireront. C’est plutôt une question de gestion, d’être maître et de pouvoir choisir quand et comment nous les affronterons.

Parfois, toutes les caractéristiques du C.I.N.É sont présentes en même temps. Ce n’est pas nécessairement un bon moment pour essayer d’apprivoiser ses caractéristiques les plus sensibles, d
’où l’importance de se connaître, afin de savoir quand, et comment, gérer les situations et éviter des débordements et du stress accumulé.


Tu te dis probablement que tu n’as pas le temps ni l’argent pour investir en toi, mais ça, c’est ce que je pensais aussi. Mais sache qu’il est 100 fois plus facile de prévenir que de guérir. Moi, la reine du dernière minute, j’ai complètement arrêté de vouloir «économiser» à court terme quand j’ai vu à quel point le calme s’était installé à la maison, depuis que je gérais ça comme une chef! Même les enfants sont devenus étonnamment super dociles et tranquilles. Comme quoi le tumulte intérieur que je vivais avait des conséquences sur toutes les autres sphères de ma vie. Je n’en reviens pas, parce que je savais que je devais me prendre en main, mais je ne le faisais tout simplement pas. Mais maintenant, à chaque fois que je n’ai pas envie de faire un effort sur le moment ou de m’organiser à l’avance, je pense à cette quote:

« Listen, if the things you wanted in life could be found in your comfort zone, you would have found them already. »

Pour vrai, de petites actions quotidiennes demandent un certain effort, mais coûtent moins cher en temps, en argent et en énergie que toutes les thérapies, médicaments, alcool, drogues, comportements compulsifs et débordement dévastateur.
 
Alors, n’attends pas d’être au bout du rouleau. Ta santé mentale, ton bien-être et celui des gens que tu aimes sont la priorité numéro un pour vivre la vie dont tu as toujours imaginée.

Besoin d'outils pour apprendre
à gérer ton stress?

Envie de faire un gallery wall
toi aussi ?


MAGASINER

MAGASINER

INSPIRATIONS:
Vus sur mes comptes coup de coeur du moment :

À propos de Sur mon x:

IMAGINEZ un monde où son mode de vie aurait peu d’impact sur l’environnement et où son indice de bonheur se verrait considérablement augmenté. 

Chez Sur mon x, c’est le pari que nous nous sommes lancé… 


Suis-nous sur Instagram!

Parcourir le blog

Suis-nous sur Instagram!

Magasiner les soldes

Par exemple, comme les dates limites ou les décisions rapides m’angoissent, j’essaie de me donner plus de temps et d’être organisée. Je sais aussi qu’un imprévu, comme celui de manquer de quelque chose, être en retard, devoir changer mes plans ou avoir trop de pression font monter le cortisol en flèche. Et c’est pourquoi je me suis créée des outils, des techniques et des rituels pour m’aider à pouvoir vivre la vie que j’ai toujours voulue; une vie où je peux bien vivre et ne pas avoir peur de rêver grand.
 
Comme ils ont vraiment été d’une aide déterminante pour moi, j’ai voulu les partager avec vous et il y en aura une partie dans la nouvelle collection.
 
Je ne dis pas non plus qu’il faut faire de l’évitement car au contraire, en connaissant ses faiblesses et en les affrontant peu à peu, on gagne en confiance et elles se dissipent tranquillement. C'est en les évitant qu'elles empireront. C’est plutôt une question de gestion, d’être maître et de pouvoir choisir quand et comment nous les affronterons.

Parfois, toutes les caractéristiques du C.I.N.É sont présentes en même temps. Ce n’est pas nécessairement un bon moment pour essayer d’apprivoiser ses caractéristiques les plus sensibles, d
’où l’importance de se connaître, afin de savoir quand, et comment, gérer les situations et éviter des débordements et du stress accumulé.


Tu te dis probablement que tu n’as pas le temps ni l’argent pour investir en toi, mais ça, c’est ce que je pensais aussi. Mais sache qu’il est 100 fois plus facile de prévenir que de guérir. Moi, la reine du dernière minute, j’ai complètement arrêté de vouloir «économiser» à court terme quand j’ai vu à quel point le calme s’était installé à la maison, depuis que je gérais ça comme une chef! Même les enfants sont devenus étonnamment super dociles et tranquilles. Comme quoi le tumulte intérieur que je vivais avait des conséquences sur toutes les autres sphères de ma vie. Je n’en reviens pas, parce que je savais que je devais me prendre en main, mais je ne le faisais tout simplement pas. Mais maintenant, à chaque fois que je n’ai pas envie de faire un effort sur le moment ou de m’organiser à l’avance, je pense à cette quote:

« Listen, if the things you wanted in life could be found in your comfort zone, you would have found them already. »

Pour vrai, de petites actions quotidiennes demandent un certain effort, mais coûtent moins cher en temps, en argent et en énergie que toutes les thérapies, médicaments, alcool, drogues, comportements compulsifs et débordement dévastateur.
 
Alors, n’attends pas d’être au bout du rouleau. Ta santé mentale, ton bien-être et celui des gens que tu aimes sont la priorité numéro un pour vivre la vie dont tu as toujours imaginée.

Besoin d'outils pour apprendre
à gérer ton stress ?

MAGASINER

« À une autre époque, je créais les décors des différentes pièces d’un magasin de meuble renommé. J’y choisissais la literie, la couleur des murs, les accessoires et les meubles. Des cadres, j’en ai accrochés des centaines et des centaines dans ma vie. Et depuis quelques temps, je vois sur plusieurs de mes comptes instagram favoris de magnifiques gallery wall. »

« Aujourd'hui, je vais te donner LE TRUC ultime pour t’aider à gérer ton stress, celui qui m’a fait éviter une dépression, un burnout, ou je ne sais trop quel mal invisible. Parce que si tu me suis depuis un petit bout, tu sais que j’ai commencé mon cheminement vers le slow living il y a de ça 4 ans. »

Ça me donne aussi envie d’en refaire! Mais comme je n’ai pas de grands murs à la maison et que je ne travaille plus en boutique, j’ai pensé comblé cette pulsion créative que le printemps fait renaître… en vous donnant mes meilleurs trucs et mes inspirations!

Faire un gallery wall digne d’un magazine est un art complexe et certaines ne s’y risqueront pas par manque d’assurance, mais avec ces petits trucs aucune raison d’avoir peur.

Le début de ma vie d’adulte a été difficile, je voyais très grand et j’avais plein de projets entamés. Tu sais ce que c’est, on a de plus en plus de responsabilités, un appart, puis une maison à entretenir et à payer, une voiture, des courses, des rendez-vous, puis une job où on veut performer et d’autres projets à côté…

C’est après la naissance de mon premier enfant où j’ai commencé à ne plus y voir clair. Il n’y avait plus assez de place, plus assez de temps pour tout. Et le plus frustrant c’était de voir que les autres semblaient gérer ça facilement et que moi, j’étais complètement exténuée, débordée, vidée.



CHOISIR LES OBJETS À ACCROCHER
Comme c’est éclectique, on peut mettre tout ce qui nous parle ou qui touche notre coeur : peinture, illustration, photos, portrait, cadre vintage de différentes tailles. Ce que j’aime est d’y mêler un objet distinctif : ça peut être un miroir, une horloge ou un beau bougeoir mural. Cet ajout aide à casser le rythme rigide des formes rectangulaires.


TRUC POUR UN RÉSULTAT HARMONIEUX
On peut mettre ce qu’on veut, mais il y a des règles à respecter pour créer une harmonie visuelle. Le truc, c’est de créer des liens en choisissant des couleurs, matières ou textures similaire. Par exemple, ici, ça semble hétéroclite, mais le doré se retrouve dans deux des encadrements, puis le noir de certaines peinture se retrouve aussi dans les encadrement de d’autres et l'argenté du miroir dans l'encadrement de gauche. Rien n'est laissé au hasard!!!

Tu l’as déjà ressenti, ce sentiment d’urgence qui ne lâche pas, cette pression permanente, et ce sentiment d’être à la course, mais d’être quand même à la fin du peloton? J’étais continuellement dans cet état.

Mais la dernière fois que ça m’est arrivé, c'était un soir de semaine où je venais d’aller chercher les enfants à la garderie. Le travail était terminé mais encore là, bien présent, à tourner en boucle dans ma tête. J’allais commencer le souper, en fouillant dans le frigo.

Puis, les enfants ont commencé à s’obstiner, je n’entendais que des cris: « Donnes-moi ça, non c’est à moi, rends-le moi! … », en plus des voix dans ma tête qui ne cessaient de jacasser et de me remémorer toute ma journée, en plus de tout ce qui me restait à faire.

La Pat ’Patrouille en background, mon plus grand vient me demander un verre de lait et, en ouvrant le frigo pour lui donner, je cherchais encore quoi faire à manger. Il y a plusieurs choses, mais rien du tout qui n’aille ensemble et qui puisse faire une recette.

« MAMAN, MAMAN, c’est long! La pression montait et… j’ai pété un plomb, et pleuré… et pleuré. C’est banal, mais la dernière fois, mon chum m’a regardé, il a baissé les yeux, ne sachant plus trop où se placer, et m'a dit: « Je pense que tu fais une dépression, Val. » NON. »

Non, je ne fais pas une dépression. Je suis juste à BOUTTTTTT, j’ai tellement de choses dans la tête! Mais au fond de moi, je savais que je flirtais avec un mal invisible qui partait et revenait, de temps à autre.

Sérieusement: qu’est-ce qui se passe pour qu’on en arrive là? Est-ce un burnout? Un signe pour me faire comprendre quelque chose? Ou y aurait-il tout simplement trop de stress?

Mais oui! Et si c’était ça… Ce soir-là, je me suis souvenue, au moment de me coucher, d'avoir lu il n’y avait pas si longtemps un livre qui expliquait que l’exposition au stress chronique réduisait l'étanchéité d'une protéine protégeant la barrière hémato-encéphalique du cerveau, permettant aux cytokines pro inflammatoires de s'y introduire, permettant donc à des maladies telles que la dépression, l’anxiété ou le burnout d’entrer.

Et c’est là que j’ai fait le lien.


Je me suis donc replongée dans ce livre. Selon Sonia Lupien, directrice du centre d’études sur le stress humain, les gens vont produire une réponse biologique de stress lorsqu’ils sont exposés à une situation comprenant l’une ou plusieurs de ces caractéristiques:

LE C.I.N.É.
CONTRÔLE: Vous devez avoir l’impression que vous n’avez pas le contrôle sur la situation.
IMPRÉVISIBILITÉ: La situation doit être imprévue ou imprévisible pour vous.
NOUVEAUTÉ: La situation doit être nouvelle pour vous.
ÉGO MENACÉ: La situation doit être menaçante pour votre égo.
 
Ayant une personnalité anxieuse, le côté imprévisible et le manque de contrôle m’amenaient à un niveau si élevé de stress que j’en perdais littéralement le contrôle. Je ne faisais pas une dépression. J'étais plutôt dans un état dépressif, mais disons que j’ai compris que la barrière était probablement ouverte et que ça me donnait un avant-goût assez amer de ce qui en viendrait à se passer si je ne faisais rien. C’est pourquoi je devais gérer de manière plus efficace les imprévus, avant que ça aille plus loin.
 
C’est ce que j’ai fait. Je n’avais plus le choix. Même si j’étais une créative qui vivait au gré du vent, je devais avoir un certain cadre. Je n’en avais pas eu depuis que j’avais quitté le nid familial; et maintenant, je devais à tout prix en créer un et prendre soin de moi. Personne d’autre ne le ferait à ma place.

Facilement j’ai réussi à reprendre le contrôle et aujourd’hui, subjuguée par le changement positif, je te partage comment j’y suis arrivée, parce que je pense sincèrement qu’en acquérant une certaine forme de paix d’esprit, on peut alors se concentrer à faire de grandes choses et à avoir une vie plus heureuse.

Deux exercices m’aident maintenant; un en préambule et l’autre au quotidien. Je te partage le premier aujourd’hui, parce que je regrette d’avoir compris cela aussi tardivement et c’est tellement salvateur que je pense que tout le monde devrait le faire. Premièrement, il faut déterminer quels sont les facteurs de stress qui t’affectent le plus afin de pouvoir les anticiper ou les déconstruire.

Voici un sommaire du test de Sonia Lupien, venant du livre Par amour du stress (Sonia Lupien, Éditions du Carré, 275 pages), qu’elle utilise en laboratoire.
 
Clique ici pour faire le test:

Pour analyser vos résultats, additionnez le score que vous avez donné aux réponses suivantes:

Total du score donné aux questions 3 et 5: ___________
Total du score donné aux questions 1 et 7: ___________
Total du score donné aux questions 2 et 8: ___________
Total du score donné aux questions 4 et 6: ___________
  • L’addition des questions 3 et 5 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (C)
  • L’addition des questions 1 et 7 représente votre sensibilité à l’imprévisibilité (I)
  • L’addition des questions 2 et 8 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (N)
  • L’addition des questions 4 et 6 représente votre sensibilité à la sensation de contrôle (É)

Le chiffre le plus élevé représente la caractéristique du C.I.N.É à laquelle vous êtes le plus sensible. Le test complet comporte 100 questions, mais celles-ci sont les plus représentatives.

« Les personnes comme moi, de nature plutôt anxieuse, ont tendance à être plus sensibles à l’imprévisibilité et à la nouveauté. Et après avoir fait ce test, j’ai vraiment remarqué qu’en le sachant, je me laisse moins envahir par les situations quand elles arrivent. Maintenant, j’essaie de les gérer à l’avance. »

COMMENT PROCÉDER
Commencer en découpant dans du papier kraft, du journal ou du carton la forme de vos cadres et objets. Ensuite, disposez-les par terre pour faire des tests en choisissant une pièce maîtresse (souvent la plus grande) et ainsi broder autour. Par exemple, ici la pièce maîtresse est l’encadrement avec des arbres. Dans la séquence visuelle, notre regard se porte d’abord sur elle. L’oeil poursuivra sa lecture de l’ensemble par la suite. On accorde donc à cette pièce un emplacement central.

Par exemple, comme les dates limites ou les décisions rapides m’angoissent, j’essaie de me donner plus de temps et d’être organisée. Je sais aussi qu’un imprévu, comme celui de manquer de quelque chose, être en retard, devoir changer mes plans ou avoir trop de pression font monter le cortisol en flèche. Et c’est pourquoi je me suis créée des outils, des techniques et des rituels pour m’aider à pouvoir vivre la vie que j’ai toujours voulue; une vie où je peux bien vivre et ne pas avoir peur de rêver grand.
 
Comme ils ont vraiment été d’une aide déterminante pour moi, j’ai voulu les partager avec vous et il y en aura une partie dans la nouvelle collection.
 
Je ne dis pas non plus qu’il faut faire de l’évitement car au contraire, en connaissant ses faiblesses et en les affrontant peu à peu, on gagne en confiance et elles se dissipent tranquillement. C'est en les évitant qu'elles empireront. C’est plutôt une question de gestion, d’être maître et de pouvoir choisir quand et comment nous les affronterons.

Parfois, toutes les caractéristiques du C.I.N.É sont présentes en même temps. Ce n’est pas nécessairement un bon moment pour essayer d’apprivoiser ses caractéristiques les plus sensibles, d
’où l’importance de se connaître, afin de savoir quand, et comment, gérer les situations et éviter des débordements et du stress accumulé.


Tu te dis probablement que tu n’as pas le temps ni l’argent pour investir en toi, mais ça, c’est ce que je pensais aussi. Mais sache qu’il est 100 fois plus facile de prévenir que de guérir. Moi, la reine du dernière minute, j’ai complètement arrêté de vouloir «économiser» à court terme quand j’ai vu à quel point le calme s’était installé à la maison, depuis que je gérais ça comme une chef! Même les enfants sont devenus étonnamment super dociles et tranquilles. Comme quoi le tumulte intérieur que je vivais avait des conséquences sur toutes les autres sphères de ma vie. Je n’en reviens pas, parce que je savais que je devais me prendre en main, mais je ne le faisais tout simplement pas. Mais maintenant, à chaque fois que je n’ai pas envie de faire un effort sur le moment ou de m’organiser à l’avance, je pense à cette quote:

« Listen, if the things you wanted in life could be found in your comfort zone, you would have found them already. »

Pour vrai, de petites actions quotidiennes demandent un certain effort, mais coûtent moins cher en temps, en argent et en énergie que toutes les thérapies, médicaments, alcool, drogues, comportements compulsifs et débordement dévastateur.
 
Alors, n’attends pas d’être au bout du rouleau. Ta santé mentale, ton bien-être et celui des gens que tu aimes sont la priorité numéro un pour vivre la vie dont tu as toujours imaginée.


QUESTIONS FRÉQUENTES

À QUELLE HAUTEUR DOIS-JE POSITIONNER MES CADRES ?
Le milieu de ton cadre ou de ta composition doit arriver au niveau de tes yeux soit approximativement 5’.

AVEC QUOI ACCROCHER MES CADRES ?
J’ai accroché plus de 1000 cadres dans ma vie et un seul a tombé .. oups, oui, mais c’était parce que j’avais tellement accroché de cadres souvent au même endroit qu’il n’y avait plus rien de solide!
Mais ce que je veux dire, c’est qu’il n’est pas nécessaire de mettre des vis papillon ou des chevilles qui font des trous gros comme des piastres. Un simple crochet à cadre suffit ou un bon vieux clou planté à 45 degrés si le cadre est petit.

Et si ton chum capote parce que tu vas FAIRE DES TROUS DANS LE MUR, il y a toujours ça.

COMMENT TRAITER UN ENSEMBLE DE CADRES ?
Au final, cela doit former une entité comme si cela devenait un seul cadre. Généralement, l’espace entre chacune des pièce devrait être au maximum de 2 à 3’’.

Il se peut qu’il y ait des vides, je conseille d’en laisser seulement un au maximum 2 et le vide ne devrait pas dépasser 10’’.

Besoin d'outils pour apprendre à gérer ton stress ?

MAGASINER

Quartz clair brut en pointe, slow living cristaux
bâton de sauge sur mon x

COMPOSITIONS

OPTION 1 :
Pour la composition, certains aiment remplir les murs. Personnellement, ma philosophie est comme à l’habitude : less is more. C’est-à-dire que si tu remplis ton mur au complet, tu vas immanquablement manquer quelques cadres au passage dans ta lecture. L’oeil ne saura plus quoi regarder et sera porter à regarder ailleurs. Donc, même si tu aimes 25 cadres, vas-y par élimination pour ne garder que les meilleurs choix et surtout n’hésite pas à choisir des oeuvres plus grandes que plusieurs petites. Crois-moi le résultat parlera de lui-même!

« Donc, on part d'une pièce maîtresse et on fait une lecture en rond (ou rectangle) pour revenir à la pièce maîtresse. »

Voici des exemples de composition qui sont à mon avis des plus réussis....
( Parce que, oui j'ai, aussi, étudié l'histoire de l'art et crois-moi, la composition est la clé des plus grand chef d'oeuvre 👩🏻‍🎨 Rien n'est laissé au hasard! )

OPTION 2 :
Si tu veux faire un mur complet, il faut le traiter comme une oeuvre complète; comme si c’était un grand tableau. Il n’est pas obligé d’être droit, mais tu devras te tracer un rectangle imaginaire sur ton mur dans lequel tu travailleras. Puis, les pièces choisies devraient être esthétiquement semblable au niveau des couleurs, matières et finis.

Avec ces astuces, on ne peut pas se tromper, mais si tu aimes oser, sache que les règles sont aussi faites pour être brisées!

Envie de faire un gallery wall toi aussi ?


MAGASINER

INSPIRATIONS:
Vus sur mes comptes coup de coeur du moment :

À propos de Sur mon x:

IMAGINEZ un monde où son mode de vie aurait peu d’impact sur l’environnement et où son indice de bonheur se verrait considérablement augmenté. 

Chez Sur mon x, c’est le pari que nous nous sommes lancé… 


Suis-nous sur Instagram!

Parcourir le blog

Suis-nous sur Instagram!

Magasiner les soldes



Articles qui risquent de t'intéresser

ENVIE DE PLUS DE SLOW ?

Abonnes-toi à notre infolettre, c'est gratuit et on t'en donnes en primeur tous les samedis!

MERCI ❤️ de te joindre à la grande communauté Sur mon x ! Ensemble, nous faisons la différence!
This field is required

TOUT PARCOURIR



Alexandra Laflamme
Left continuer à magasiner
votre commande

votre panier est vide